Actualités
Retour aux actualités 14 septembre 2017 - Interview

Nos coureurs tirent le bilan de la Vuelta

Nos garçons ont été très présents sur cette Vuelta. Ils ont été dans 10 échappées lors des 21 étapes soit plus de 1300 kilomètres à l’avant de la course. Nos coureurs ont réalisé 5 Top 10.

Notre premier coureur au général (24ème), Luis Angel Mate, est le premier à s’exprimer : « Le bilan est plutôt bon. Je suis content car sur cette vuelta, on a été présent au classement général et dans les nombreuses échappées. Nous avons tout fait pour remporter une étape. Il m’a juste manqué un peu de réussite pour prendre la bonne échappée. Je suis très content de mon niveau en montagne surtout après ma chute dans le collado Bermejo. »

Anthony Perez a lui terminé son premier grand Tour : « Je sors de la Vuelta avec le sentiment d’avoir validé mon intuition, celle que je suis un coureur capable de briller sur un grand tour. Au delà des 3 semaines d’efforts, on a eu beaucoup de bons moments, c’était un très bon collectif !  Je suis content parce que l’équipe qui m’a fait passé pro me propose un calendrier parfaitement adapté à mes qualités et j’ai eu une belle progression cette année. J’ai partagé cette Vuelta avec mon pote Stéphane. On aura de très bons souvenirs mais j’espère en avoir encore des meilleurs dans un avenir proche.

2 tops 10 c’est bien, je suis très content de mes résultats mais je vise encore plus haut. Le niveau World Tour ne me fait plus peur mais il ne faut pas griller les étapes. J’ai encore une belle marge de progression et je l’ai vu en 2ème et 3ème semaine ou j’avais de bonnes aptitudes en montagne et de très bonnes jambes. Sur la 3ème semaine, je ne m’attendais pas à autant de fatigue mentale par contre. Les coureurs étaient à vif, beaucoup plus de tension dans le peloton. C’était palpable mais c’est aussi important d’apprendre à gérer les moments difficiles. Mention spéciale à Luis qui a été un formidable capitaine de route pour nous les néophytes. Il a su me mettre en confiance et me canaliser. Petit pincement au coeur quand Jimmy et Jonas nous ont quitté. On aurait préféré finir à 9. On apprend un peu mieux à se connaitre en 1 mois. »

Même son de cloche pour Anthony Turgis : « Beaucoup de personne ont trouvé la Vuelta compliquée. Je n’ai pas le recul des autres coureurs mais oui ce n’était vraiment pas facile. Je suis content d’avoir terminé mon premier Grand Tour. 3 semaines, c’est assez long et particulier à gérer. Il faut, je pense, en faire plusieurs pour se sentir bien et contrôler chaque effort sur cette durée. »

Stéphane Rossetto se projette déjà sur la fin de saison : « Le bilan de ma Vuelta est moyen. Je n’ai pas encore retrouvé mon meilleur niveau à cause de mes chutes. Il faut être à 100% pour faire mouche. Certes j’ai pris 3 échappées mais je n’ai pas réussi à saisir les bonnes occasions. Un grand Tour reste une expérience humaine et sportive enrichissante. Maintenant, je me projette sur la fin de saison, il reste de belles courses notamment les classiques italiennes. »

Kenneth VanBilsen est le dernier à tirer le bilan : « Je suis content d’avoir fini la Vuelta. La Vuelta c’est très dur pour moi avec de grands cols. Je n’ai pas forcément un profil pour cela. J’ai eu de bien meilleures sensations sur la troisième semaine et j’ai tenté de prendre l’échappée. Je suis plutôt satisfait de mon dernier sprint même si j’ai manqué d’explosivité. »

Notre directeur sportif, Christian Guiberteau, était satisfait des garçons : « Nous n’avons malheureusement pas de victoire d’étape sur ce Tour. C’est le cyclisme moderne, très peu d’équipes gagnent (seulement 10 cette année). La course est très cadenassée même si il y’a plus d’ouverture que sur le Tour de France. On retrouve souvent les mêmes. De notre côté, nous avons toujours voulu participer aux échappées en espérant avoir de la réussite. Ce n’était pas facile. Les garçons ont été très offensifs et nous avons raté très peu d’échappées. Les garçons ont fait un bon travail d’équipe. Il faut continuer à travailler les automatismes entre les garçons. On a une équipe très jeune avec 3 néophytes qui n’avaient jamais réalisé un grand tour. Pour eux, c’était une grande expérience même si Jimmy nous a quitté après deux semaines de course. Un premier Tour, ce n’est jamais facile. Ils ont énormément appris pour le futur. »