Handisport

Qu’est-ce que le paracyclisme ?

Le cyclisme handisport, ou paracyclisme selon l’appellation officielle UCI, est né dans les années 80, avec l’apparition des premières compétitions spécifiques. En 1988, à Séoul, le paracyclisme sur route est devenu un sport paralympique. Il faudra attendre 1996 et les Jeux d’Atlanta pour la piste.

Même s’il a beaucoup à voir avec le cyclisme, le paracyclisme possède un certain nombre de spécificités liées à la diversité des handicaps et à leur influence sur la motricité des coureurs.

Ainsi, il existe 4 types de vélos adaptés :

  • le handbike, ou vélo couché à propulsion manuelle (pour les personnes en fauteuil roulant),
  • le tricycle (pour les personnes souffrant de problèmes d’équilibre),
  • le tandem (pour les déficients visuels qui roulent avec un pilote valide)
  • le vélo « solo » (vélo classique plus ou moins modifié en fonction des pathologies).

Chacune de ces catégories est divisée en sous-catégories, identifiées par la couleur du casque, tenant compte de la perte de puissance effective engendrée par le handicap, afin que les athlètes puissent se mesurer dans des conditions plus équitables.

Cofidis et le paracyclisme : « Susciter l’admiration plutôt que la compassion »

POSTER Handi 1Depuis sa création, en 1997, l’équipe COFIDIS a toujours soutenu le paracyclisme, à travers l’aide matérielle et financière fournie à un athlète de haut niveau : Laurent Thirionet (5 titres de Champion d’Europe, 7 titres de Champion du Monde, 7 médailles aux Jeux, dont 2 en or).

En 2010, l’équipe Cofidis a décidé d’aller plus loin, en créant le premier pôle handisport au sein d’une équipe cycliste professionnelle.

Cette intégration est une forme de reconnaissance pour les athlètes handisport de haut niveau, qui évoluent pourtant dans le monde amateur, avec peu de moyens techniques et financiers, et restent inconnus du grand public.

Concrètement, le but de cette structure est d’aider les athlètes handicapés à pratiquer leur sport au plus haut niveau dans les meilleures conditions possibles. Mais aussi, de manière plus générale, de sensibiliser les milieux sportifs, le monde des médias et le grand public.

En effet, même si les consciences évoluent vers une vision moins pathétique du handicap, seule la notion de performance peut faire évoluer les mentalités. Susciter l’admiration plutôt que la compassion, c’est un des objectifs de l’équipe paracycliste Cofidis.

Cela suppose un haut niveau d’exigence dans le choix des athlètes (haut niveau, sélectionnables en équipe nationale), comme dans les comportements de chacun. Porter le maillot Cofidis, c’est une fierté, mais aussi un engagement et une responsabilité.

Les athlètes handisport participent aux mêmes stages que l’équipe route, et effectuent les mêmes entraînements que leurs homologues de l’équipe pro. Leurs performances et leur volonté impressionnent les autres coureurs et créent un climat d’admiration et de reconnaissance mutuelle. C’est une des clés de l’intégration, et donc de la réussite de la démarche.

« Ce qui nous intéresse est d’aller au delà d’une simple aide matérielle ou financière en permettant aux athlètes handisports et valides de collaborer ENSEMBLE, travailler ENSEMBLE, s’entraîner ENSEMBLE et échanger ENSEMBLE. » Thierry Vittu